Quand le textile inspire l’architecture | Shikoku

Musée d'architecture Toyo Ito d'Imabari (Extérieur) Photo: ©Toyo Ito Museum of Architecture

Un furoshiki est une sorte de grand mouchoir ; en fait le mot signifie « toile de bain ». Il y a plus de mille deux cent ans déjà, à l’époque de Nara, les japonais qui se rendaient aux bains publics enveloppaient leurs vêtements dans un furoshiki avant d’entrer dans l’eau. Les japonais d’aujourd’hui utilisent encore ce morceau de tissu dans la vie de tous les jours comme une sorte de sac, ou bien pour envelopper un cadeau ou emballer un déjeuner à emporter. Le furoshiki peut même aussi inspirer des exemples d’architecture contemporaine.

« Pour moi le furoshiki est l’incarnation de la fonctionnalité et de l’esthétique japonaises. C’est un symbole de la façon dont nous construisons les choses », explique Ryue Nishizawa. En 2010, cet architecte de 51 ans et sa partenaire de 61 ans ont reçu le prix Pritzker d’architecture, considéré comme étant le prix Nobel d’architecture. L’idée qu’un simple morceau de tissu ait pu inspirer quelques-unes des plus remarquables créations architecturales de ces dernières décennies pourrait sembler fantaisiste. Mais ce duo d’architectes est connu pour son originalité ; en 1995 ils ont fondé ensemble une société dont le nom SANAA (Sejima And Nishizawa And Associates) sonne comme la capitale du Yémen. C’est aujourd’hui l’un des cabinets d’architectes les plus réputés au monde.

Teshima Art Museum par Ryue Nishizawa. Photo: © Roland Hagenberg

Il n’est pas surprenant qu’ils aient aussi laissé leur marque sur Shikoku, la plus petite des quatre îles principales du Japon. Le Teshima Art Museum, conçu par Nishizawa, est un vaste écrin de béton en forme de goutte d’eau, tandis que la gare maritime de Naoshima offre un contraste saisissant avec les énormes structures de béton armé qui protègent le littoral japonais. De loin, ses piliers semblent aussi effilés que des cure-dents et son toit plat aussi fin qu’une feuille de papier, pourtant ils survivent à toutes les tempêtes. Ces deux architectes couronnés de succès créent des bâtiments sous trois noms différents, mais seuls les projets qu’ils ont conçu ensemble, comme la gare maritime de Naoshima, portent la signature SANAA.

Gare maritime de Naoshima par SANAA. Photo : SANAA

« Un furoshiki est un sac sans anses, ni boutons, poches ou fermeture Éclair », explique Nishizawa. « C’est un objet multifonctionnel, condensé et ingénieux. Mais un furoshiki ne prend sa forme que lorsque ses extrémités sont nouées ensemble. Notre architecture fonctionne un peu de la même façon. Même si les murs et le toit sont importants, le principe de notre style de construction se trouve dans les liens et connexions qui rattachent les pièces à vivre à la nature, par exemple, et au monde extérieur. » À la gare maritime, les murs vitrés et des miroirs laissent la nature circuler librement à travers l’édifice. C’est un concept que Sejima a peaufiné après avoir quitté le cabinet de son mentor Toyo Ito pour devenir indépendante. Ce dernier aussi a été attiré par Shikoku et ses côtes où le vent balaye les nuages. Le musée d’Architecture Toyo Ito d’Imabari montre bien que les créations architecturales d’importance ne se trouvent pas uniquement dans les grandes villes.

Explorer les sites en relation:

89

LA RENCONTRE DE L’EST ET DE L’OUEST

Achevée en 1958, l’aile orientale du bâtiment conçu par Kenzo Tange fut un temps le hall principal des bureaux de la préfecture de ...
91

LES PROUESSES DU PÈRE DE LA BOTANIQUE JAPONAISE

Inauguré en 1958 pour célébrer la carrière de Tomitaro Makino (1862...
87

L’ART D’ÎLE EN ÎLE

Avec en toile de fond les eaux bleutées de la Mer intérieure de Seto, la Triennale de Setouchi est née en 2010 du désir d’attirer l’atten...
85

UN ÉCRIN POUR LE VENT, LA LUMIÈRE ET L’EAU

La structure est un écrin de béton en forme de goutte d’eau ; deux...
90

UN LIEU DE PÈLERINAGE POUR LES FANS DE TOYO ITO

Imabari est le lieu de naissance du grand architecte japonais ...
88

LA RETRAITE SECRÈTE D’UN ARTISTE

C’est en 1956, lors d’un voyage en quête de matériaux pour un projet paysager au siège de l’UNESCO à Paris, que le sculpteur américa...